Christophe couderc

Ingénieur du son

A propos de son travail sur le documentaire Lawfare, le cas Mélenchon

Lawfare. C’est d’abord un mystère, un mot inconnu. Puis, lorsqu’on en apprend le sens et la réalité, le mystère persiste mais il devient démocratique : instrumentalisation de la justice, information marchandisée, manipulation de masse, le lawfare apparait alors implacable et pervers.

Enfin, lorsqu’on le fait connaitre, qu’on le démonte, qu’on en révèle les trucages au plus grand nombre, il devient inopérant, l’espoir se régénère et le combat continue, pour un monde meilleur. Mystérieux, implacable, pervers, mais finalement fragile, devant la conscience collective, et même émancipateur tant il révèle la corruption des puissants, tel est le lawfare.

Mais la composition musicale étant avant tout intuitive, c’est à postériori que je fais cette analyse, et ce sont ces caractères et leur chronologie que j’ai voulu exprimer musicalement. Un décor mystérieux et percutant, sans être triste ou lugubre, un premier thème de piano grave et implacable, suivi d’une réponse aigüe, insidieuse et perverse, puis d’une résolution, d’une libération sur la mélodie du synthé-sax.

Ses productions

La Marseillaise revisitée
Durée : 3 min.

La Marseillaise revisitée
Durée : 3 min.

La Marseillaise revisitée
Durée : 3 min.